Présidentielle 2017 : l’égalité hommes-femmes au service de l’emploi

 

Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle de 2017 pour faire de l’égalité hommes-femmes un levier au service de l’emploi.

Unique en son genre, le réseau Happy Men est composé d’hommes managers et dirigeants en entreprises, convaincus que l’égalité hommes-femmes est un puissant levier pour développer l’emploi. Les conditions d’une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie privée sont au cœur de notre action, dans l’intérêt des hommes et des femmes, des couples et des familles, des entreprises et d’un écosystème social plus protecteur.

Pas un combat de femmes contre les hommes mais pour les femmes et pour les hommes.

Créé en 2013, soutenu par 12 grands groupes (Orange, BNP Paribas, ENGIE, Caisse des Dépôts, ING Bank, EDF, SNCF, Mazars, Schneider Electric, Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne-Ardennes…) et mobilisant près de 500 managers et cadres dirigeants, le réseau Happy Men est aujourd’hui en pleine expansion : son succès montre la pertinence et la force d’attraction d’une approche réconciliatrice, où l’égalité n’est pas vue comme un combat des femmes contre les hommes, mais des hommes et des femmes pour que tous puissent trouver une articulation satisfaisante entre vie professionnelle et vie privée.

Un Grenelle du Travail Moderne pour lever les freins à l’emploi.

C’est forts de cette expérience originale que nous souhaitons convaincre le ou la futur(e) président(e) de la République de la nécessité d’organiser un « Grenelle du Travail Moderne » qui réunira, sur une base territoriale (nationale, régionale et municipale) toutes les parties prenantes d’une meilleure articulation entre vie professionnelle et privée. L’objectif de ce nouveau Grenelle sera de lever les nombreux freins à l’emploi qui y sont liés, notamment pour les femmes, et ce particulièrement dans la France dite périphérique ou d’à côté.

Agir pour une meilleure articulation vie professionnelle vie privée, c’est agir pour l’emploi.

Les contraintes d’articulation entre vie professionnelle et vie privée génèrent en effet de multiples freins à l’emploi : moyens de transports collectifs inadaptés, insuffisance des systèmes de garde d’enfants, coût excessif de l’aide à domicile, plage limitée d’utilisation des services publics et administratifs, absence de structures de travail collaboratif (co-working) ou de télétravail, accès au numérique insuffisant et coûteux, manque de coopération entre acteurs économiques et publics, faible implication des organisations syndicales et patronales, souplesse insuffisante des horaires de travail, stéréotypes masculins faisant obstacle au passage en temps partiel ou à la prise d’un congé parental, manque d’accompagnement à la mobilité géographique… les freins à une articulation satisfaisante entre vie professionnelle et vie privée sont nombreux et divers : tous concourent à établir des barrières à l’emploi, notamment des femmes.

Développer l’employabilité, en particulier des femmes.

Pour la grande majorité des couples et la quasi totalité des jeunes couples, l’articulation entre vie professionnelle et vie privée est une problématique quotidienne qui pèse sur l’employabilité. Dans près de huit familles sur dix, les deux membres du couple travaillent hors du domicile familial [1]; le temps partiel est subi pour 30% des femmes [2]; 16% des mères abandonnent leur emploi au 2ème enfant, 25% de plus au 3ème enfant. [3]; après la naissance d’un enfant, 40% des femmes subissent un changement professionnel [4]; l’accès aux responsabilités des femmes est encore limité (16% de femmes cadres dirigeants, cf. « Plafond de verre ») [5]; dans les familles monoparentales (22% des familles), la difficulté d’accès à l’emploi est une trappe à pauvreté (1/3 des familles monoparentales est pauvre, dans 82% des cas ce sont des femmes) [6]. Par ailleurs, les enjeux d’articulation entre vie professionnelle et vie privée des hommes et des femmes se sont aujourd’hui considérablement rapprochés : ¼ des hommes ont une femme dont le revenu est supérieur au leur [7]; dans ¼ des couples divorcés la garde des enfants est soit alternée soit confiée à l’homme [8]. Pour 2/3 des femmes et des hommes, il est toujours difficile de réussir sa vie professionnelle sans sacrifier sa vie privée… et inversement, occasionnant des fragilités professionnelles, personnelles, familiales et sociales [9].

Un enjeu pour l’emploi mais aussi un enjeu de société.

Au delà des couples, favoriser une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie privée est un enjeu de société à multiples dimensions. Parce qu’elle impacte de nombreux aspects de la vie quotidienne, l’articulation entre vie professionnelle et vie privée constitue un levier important de progrès économique et social. Une meilleure articulation, c’est en effet élargir les choix professionnels, faciliter l’emploi à temps plein, diminuer les tensions dans les couples et contribuer à la stabilité des familles, faciliter l’éducation des enfants et l’accompagnement des parents âgés, lutter contre les inégalités hommes-femmes, contribuer à prévenir les risques psycho-sociaux, maintenir les activités créatrices de lien social, alléger la prise en charge publique de la fragilité.

Le « Grenelle du Travail Moderne » : une action à fort effet de levier en faveur de l’emploi.

L’objectif du « Grenelle du Travail moderne » est de fédérer et coordonner, au niveau de proximité où c’est le plus efficace, les parties prenantes d’une meilleure articulation vie professionnelle – vie privée, au service de l’emploi, et particulièrement de celui des femmes. Les parties prenantes en seraient les administrations centrale et territoriales, entreprises (TPE, PME, ETI, grands groupes), services publics, organismes de transports collectifs, acteurs du numérique et de l’économie collaborative, structures d’emploi à domicile et de services à la personne, professionnels de l’éducation et de la petite enfance, associations familiales, réseaux féminins et réseau Happy Men, organisations syndicales et patronales, associations représentant les personnes handicapées et les personnes âgées… L’organisation de ce Grenelle serait confiée au niveau national au ministère du Travail, au niveau régional aux conseils régionaux et au niveau local aux mairies et communautés de communes ou d’agglomérations. Les meilleures actions mises sur pied pourront être partagées lors d’un colloque annuel et un Observatoire du Travail Moderne suivra, évaluera et partagera les évolutions et bonnes pratiques constatées sur le terrain.

Face à l’urgence de développer l’emploi en France, l’égalité hommes-femmes n’a pas encore été suffisamment vue comme un levier essentiel. Amener l’ensemble des parties prenantes à en prendre collectivement conscience, les associer concrètement dans l’action et les coordonner aux niveaux territoriaux adaptés, c’est aujourd’hui indispensable. L’emploi et l’égalité ne peuvent plus attendre.

 

Antoine de Gabrielli est fondateur du réseau Happy Men @Happy_Men_fr

#Emploi #Egalite #EgaliteHF #EgalitéFH #Travail #Famille #Couple #Management #Entreprise #Présidentielle2017 #FrançoisFillon #ManuelValls #MarineLePen #ArnaudMontebourg #BenoîtHamon #VincentPeillon #YannickJadot #HappyMen #BNPParibas #ORANGE #ENGIE #INGBank #MAZARS #EDF #SNCF #SCHNEIDER-ELECTRIC #CaissedesDépots #CaissedEpargneLorraineChampagneArdennes

______

1 Insee Première – No 1492.

2 Ministère du travail -2013.

3 Source : Insee enquête Emploi 2013, PLFSS 2015.

4 INSEE juin 2013.

5 APEC 2010.

6 Insee, 2013 – Chiffres clés Égalité réelle 2015.

7 INSEE Première n°1492 – 03-2014.

8 INSEE Première – No 1536 – 02-2015.

9 Enquête Mercredi-c-papa IFOP – 12-2014.

 

 

Laisser un commentaire

3 janvier 2017 Actualités